Bain d'Oxygène

Accueil du site > Humeurs et réactions.... > Désarroi des familles....

Désarroi des familles....

dimanche 25 février 2007, par Julie


Voici quelques réactions à chaud puisées dans le forum yahoo parents-enfants. Le ras le bol, l’exaspération, et l’impuissance des familles face à leurs demandes sans réponses et leur isolement ne font qu’appuyer la nécessité d’un lieu tel que Halte Pouce et encore plus d’un lieu ressource...

Bonjour, Je lis le forum depuis longtemps mais c’est la premiere fois que j’ecris:oui je suis révoltée par notre pays qui dit beaucoup qu’il faut aider les handicapé et nous laisse seuls fasse au handicap de notre petite fille(IMC leger), elle suit un traitement de kine pour sa scoliose à Strasbourg tous les 15 jours , nons remboursé par la Secu mais efficace : aucune aide financiere, notre fille est en classe comme tout le monde point barre, aucune aide, c’est Maman qui fait la pedagogie adaptée, le soir en rentrant de son travail,apres 6h. Papa travaille comme un dingue pour faire de l’argent en plus, moi je suis fonctionnaire donc petit salaire, et je dois arracher le moindre remboursement à la Secu et j’en ai assez, assez. Ceci dis en lisant le forum, je me demande comment les parents tiennent. Bien à vous tous

Des coups de gueules... : Bonjour, je viens pour pousser un coup de gueule ! Je viens d’apprendre qu’il n’y avais pas de place pour cette année dans l’établissement scolaire ou j’avais inscrit mon fils. Cet école accueil 1/3 d’enfants différents je pensait donc que c’était ce qu’il y avait de mieux, je vais donc me retrouver à devoir l’inscrire à l’école de quartier qui ne sera pas vraiment adaptée et ou il sera surement le seul en fauteuil. De plus je n’aurais surement droit à une AVS que quelque heures par semaine il ne pourra donc pas être scolarisé comme les autres. Les politiciens se moquent bien de nous , ils font des lois qui nous font croire que nos enfants peuvent s’inscrirent dans le milieu ordinaire mais les équipement de ses établissements et les personnels accompagnant eux sont quasi inexistant. Comme si la difference n’etait pas assez compliqué et dure au quotidien, il faut en plus se battre avec des personnes non competentes et se justifier constament alors que 5 minutes plus tard elles auront déjà oubliés et mis un numero sur notre dossier. De plus les problemes on toujours tendance à aller de paire et aujourd’hui on nous propose une nouvelle intervention pour une luxation de hanche neurologique. Sachant qu’il à déjà subit cette intervention l’année derniere avec 3 semaines de traction et 45 jours platré du torse au orteils ! Et cela à servit à quoi ? rien puisse qu’ils veulent recommencer, à si, quand même depuis son fémur ne grandit plus correctement et nous sommes passé de 2 cm de difference de longueur à 4cm cette année. Je suis épuissé et en colére nos enfants ne sont jamais pris en compte dans leur globalité alors qu’il me semble que se serais l’essentiel pour leur bonheur et leur bien être. Alors voilà je voulais surtout me soulager du poids de toutes ces abérations qui me pompe mon énérgie alors que je préférerais l’utiliser por le bonheur de mon enfant. cordialement

Des propositions constructives... : Les personnes autistes ou handicapée mentales ont très peu accès à la culture. Cette exclusion touche par conséquent aussi les familles et renforce l’isolement dont elles souffrent particulièrement. Si depuis quelques années, les initiatives se développent pour faciliter l’accès des salles de cinéma aux personnes handicapées physiques, la présence de personnes autistes au cinéma reste un défi.

C’est pourquoi les séances CINE MA DIFFERENCE sont organisées pour être accessible aux personnes autistes, handicapées mentales ou polyhandicapé es.

Il est important de souligner que ces séances sont ouvertes à tous et se déroulent comme des séances ordinaires. La différence, c’est qu’il y est possible d’y exprimer ses émotions par des paroles, des bruits ou des mouvements sans s’attirer les regards du public.

Cela permet aussi de se familiariser avec les règles sociales d’une salle de cinéma.

Les familles peuvent partager avec les personnes autistes un moment de plaisir sans être contraintes de quitter la salle au milieu du film.

Les fratries n’ont pas à supporter les regards désapprobateurs et humiliants.

Répondre à cet article

1447 Messages de forum